• Pub reso
  • Pub reso

INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE

ormvat-agrumes

INDUSTRIE AGRICOLE & AGRO-ALIMENTAIRE

De par leur contribution à la sécurité alimentaire du pays, à la croissance, à l’emploi et aux échanges extérieurs, l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire constituent des secteurs clés pour l’économie  marocaine. En 2013 , l’agriculture et l’industrie alimentaire  ont représenté respectivement 15,5% et 5,3% du PIB nominal. De même et bien qu’en deçà de leur potentiel, ces secteurs contribuent, également, à l’amélioration de nos échanges extérieurs avec une contribution aux exportations globales des biens du pays de plus de 15% en 2013 portée, essentiellement, par des filières phares à l’export.

Ces secteurs qui bénéficient d’une attention particulière des pouvoirs publics concrétisée, notamment, dans la cadre du Plan Maroc Vert (promotion des filières agricoles à haute valeur ajoutée, agrégation permettant à la petite agriculture l’accès aux marchés d’exportation…), recèlent diverses opportunités de développement à l’export liées, principalement, à la croissance soutenue de la demande mondiale, à la proximité géographique du marché européen, africain…, à la conclusion d’une multitude d’accords de libre-échange et d’accords commerciaux avec des pays partenaires…

Les performances des exportations agroalimentaires affichées au cours de ces dernières années témoignent du fort potentiel de développement qui gagnerait à être mieux valorisé à travers une meilleure exploitation des avantages comparatifs indéniables dont bénéficie ce secteur

Près d’un quart des produits issus de l’industrie agroalimentaire marocaine est exporté vers la France, selon la direction des études et des prévisions financières (DEPF) du Maroc. Les exportations de produits agroalimentaires transformés ont, elles, augmenté de 50% en six ans.

Conserves de légumes, huile d’olive, fruits et poissons surgelés… L’Europe reste une destination privilégiée des produits agroalimentaires transformés du Maroc, dont elle a accueilli 49% des exportations sur la période 2007-2013. C’est l’un des enseignements du rapport publié récemment par la DEPF, intitulé « Performances et compétitivité des exportations des filières phares du secteur agroalimentaire marocain ».

Le total des exportations marocaines de produits agricoles frais et transformés s’élève à environ 19,5 milliards de dirhams (1,7 milliard d’euros) en 2013. La France reste le premier importateur des produits agroalimentaires marocains sur la période étudiée (2007 à 2013). En moyenne, le marché français a absorbé 22,7% de la production agroalimentaire transformée et 38,7% des produits agricoles frais.

Tomates et agrumes : produits rois

Les tomates et les agrumes – actuellement au cœur d’âpres négociations sur leurs conditions d’exportations vers l’Europe – sont incontestablement les produits phares de la production agricole marocaine. Les tomates ont représenté 3,3 milliards de dirhams (295,2 millions d’euros) d’exportations en 2013 et 53% des flux de produits agricoles frais vers la France.  Les agrumes, pour leur part, ont généré 2,9 milliards de dirhams (259,4 millions d’euros) à l’export la même année et représente pas moins de 31% des exportations totales de produits frais marocains.

Dans le cas des produits agricoles transformés, ces exportations vers la France se composent principalement de conserves de légumes (38%), de produits pour animaux (15%), de fraises et framboises (9%), de conserves de fruits et de confitures (7%), d’huiles végétales (6%) et de boissons alcooliques (4%).

Derrière la France, les principaux destinataires de ces produits transformés sont les États-Unis (9,8%), l’Espagne (6,6%), la Belgique et le Luxembourg (4,9%), l’Italie (4,2%) et la Guinée (4,1%).

Les exportations agricoles ont augmenté de 50% en 6 ans

D’un point de vue global, les exportations de produits agroalimentaires transformés ont augmenté de près de 50% sur les six dernières années, passant de 5 milliards de dirhams (447,3 millions d’euros) en 2007 à près de 7,5 milliards (670,9 millions d’euros) en 2013. Les exportations de fromages et de farines ont augmenté tandis que celles de conserves de légumes, le segment le plus important, stagnent depuis 2008 à un milliard de dirhams par an environ.

La filière oléicole (huiles d’olives + conserves) fait l’objet d’un focus particulier de l’étude, qui s’intéresse à son potentiel de croissance. Entre 2010 et 2012, le Maroc a chuté de la sixième à la dixième place au classement des fournisseurs mondiaux d’huile d’olive, sa part de marché mondiale oscillant entre 0,5 et 4% sur les 10 dernières années.

Pour améliorer la situation, les rédacteurs de l’étude conseillent à la filière de se concentrer sur le marché français, canadien, brésilien, portugais et allemand – parmi les plus gros importateurs mondiaux – sur lesquels le Maroc n’est peu voire pas du tout présent.

Redresser la balance commerciale en visant l’afrique et l’asie

Au niveau des produits agroalimentaires en général, le rapport préconise de se tourner vers les marchés asiatiques et africains à l’avenir, afin de limiter la vulnérabilité des exportations aux fluctuations de l’économie européenne. Ces nouveaux marchés présentent, selon le rapport, des « opportunités énormes » qui pourraient aider le Maroc à redresser sa balance commerciale.

FENAGRI (FEDERATION NATIONALE DE L’AGROALIMENTAIRE)

Adresse : Siège de la CGEM, 23, Boulevard Mohamed Abdou, Quartier Palmier Casablanca – Maroc.

Téléphone : 00 212 (0)5 22 99 70 55 / 00 212 (0)6 61 84 06 93

Fax : 00 212 (0)5 22 99 63 58

Email : sg@fenagri.org