• Pub RESO MAROC
  • Pub BUSINESS REALITIES
  • Pub Freyssinet
  • Pub Solsif
  • Pub RESO MAROC
  • Pub BUSINESS REALITIES
  • Pub Freyssinet
  • Pub Solsif

LE MAROC DES GRANDS TRAVAUX : LES FONDEMENTS D’UNE CROISSANCE ECONOMIQUE A MOYEN ET A LONG TERME.

BTP

L’économie marocaine vit depuis une décennie une longue période de croissance en moyenne de 4,3%, avec un accroissement réel des revenus qui nourrit une demande intérieure en constante augmentation.

Incontestablement, les Grands travaux et quelques pôles de croissance sont pour une large part à l’origine de cette dynamique, à côté, bien sûr, d’autres grands secteurs en expansion comme le tourisme, l’Offshoring, certaines niches d’exportations, etc.

Exposons quelques grands chantiers et pôles de croissance :

Le réseau autoroutier existant et en cours a des effets sur la croissance qui sont à la fois directs (travaux, consommations intermédiaires, emplois), et indirects (fluidité des transports, meilleur logistique, réaménagement et modernisation de l’espace national, etc.).

Les villes nouvelles et grandes agglomérations créées ou structurées (Tamansourt à Marrakech, Bouregreg à Rabat-Salé, l’axe Tanger-Tetouan…), ont des conséquences réelles sur l’aménagement urbain et les anticipations des agents économiques en termes de projets et micro-projets dans tous les secteurs économiques (services, commerces, industries, etc.) et participent ainsi à la création de nouvelles opportunités d’investissements et de création d’emplois.

En matière de pôles de croissance, Tanger Med est le symbole même d’une future région économique motrice avec ses mille hectares de zones franches et logistiques, qui auront capitalisé sur l’expérience très réussie de Tanger Free Zone (TFZ) (400 entreprises, 40.000 emplois). La dynamique industrielle de cette région sera d’autant plus prometteuse qu’elle est dotée d’un important réseau de transport ferroviaire et autoroutier (Tanger Med-Tanger), et d’ici à 2015 d’une ligne de TGV (Tanger-Rabat). Là aussi, les anticipations en matière d’investissements connexes sont en cours dans cet ensemble régional, ce qui favorisera à moyen et à long terme le développement économique de la région et au-delà, la croissance économique nationale.

Symétriquement à cette région, un nouveau pôle est lancé, à savoir celui de Nador Ouest Med qui représentera environ le tiers de l’approvisionnement du Maroc en hydrocarbures.

A ces grands chantiers et pôles industriels régionaux de croissance, il faut ajouter de nouveaux espaces d’activité quasi-offshoring dans la mesure où ils bénéficient d’infrastructures prêtes à l’emploi, de guichet unique, et d’une prise en charge fiscale partielle : c’est notamment le cas de Casa Nearshore, et de Rabat Technopolis, pour ne citer que ceux qui sont déjà opérationnels.

Il est difficile de citer tous les exemples de grands chantiers qui jalonnent le territoire national marocain dans les différentes activités économiques (industrie, services, nouvelles technologies, télécommunications, tourisme, immobilier, etc…). Ce qu’il faut admettre c’est que la croissance économique marocaine est largement soutenue par cet ensemble de chantiers, travaux, pôles, zones d’activités… par la création de valeur ajoutée, notamment en termes de revenus (salaires et profits) qui viennent soutenir une demande intérieure en croissance depuis une dizaine d’année.

Sans doute, l’ensemble des investissements qui sont à l’origine de ces chantiers ont été des facteurs d’accélération de la croissance économique du Maroc durant ces dernières années. Arrivés à maturité, ces investissements en joueront le rôle de multiplicateur ce qui permettra à l’économie marocaine de s’installer dans un sentier de croissance forte et durable à moyen et à long terme.

Cette dynamique de l’économie marocaine n’a pas échappé au Fonds Monétaire International qui, dans son dernier rapport sur l’économie marocaine a donné des projections intéressantes à  l’horizon de 2014 qui permettront au Maroc de véritablement s’installer dans le groupe leader des pays émergents alors qu’il est aujourd’hui tout juste relativement bien classé dans les économies de la région MENA (Meadle East North Africa).

© 2014 SUD ACTIF GROUPE FINANCE www.sagfi.ma